Par Benedicte Lamar, Consultante Sénior Business Consulting

Depuis plusieurs années, Hardis Business Consulting accompagne les ETI / PME industrielles dans leur évolution digitale. Leur maturité numérique est très variable d’une structure à une autre. Certaines ont déjà amorcé le virage, d’autres sont encore un peu loin du « futur ». Mais l’accélération générale vers l’industrie du futur se confirme.

Nous avons rencontré un chocolatier, un fabricant de ballons météo, un fournisseur de pipelines gaz « virtuels », des fournisseurs de produits de pointe pour l’électro-technologie, pour l’automobile, l’aéronautique, de l’innovation dans l’agro, l’usinage, la signalétique… pour vous donner un aperçu de nos clients industriels français.

Leur demande est similaire : les accompagner vers l’industrie 4.0.
Leur pari : améliorer leurs performances en misant sur les technologies du digital.

L’IoT (Internet des Objets), l’IA (Intelligence Artificielle), la 3D (l’impression), la VR (réalité virtuelle), la blockchain… il y a de tout derrière l’Industrie 4.0 et surtout du numérique, du digital, bref, de la connexion dans le système… et des acronymes plus ou moins obscurs

Et il faut dire que, si la transformation digitale a démarré il y a quelques années, nos industriels ne sont pas tous les premiers à s’être lancés dans l’expérience…. Certains auraient même un peu trainé les pieds quand on a commencé à parler wifi en pied de machines. 😉

Mais l’accélération générale se confirme et se poursuit et, sans prétendre avoir mené une étude qui aurait valeur de référence, ou dont l’échantillon serait représentatif du tissu industriel français, ce que nous percevons du terrain alimente notre enthousiasme et notre envie de participer au mouvement.

L’industrie 4.0, c’est quoi déjà ?

  • 1ère révolution industrielle : XVIIIème siècle, introduction de la mécanisation.
  • 2ème révolution industrielle : fin XIXème, introduction de l’électricité et de nouvelles matières premières.
  • 3ème révolution industrielle : dans les années 60’s, introduction de l’électronique, de l’informatique et de l’automatisation.
  • 4ème révolution industrielle : l’industrie 4.0, terme apparu autour de 2010 pour décrire la généralisation des échanges numérisés dans un système global interconnecté.

En 2018, l’industrie rassemble 242 600 entreprises […] qui emploient 3,1 millions de salariés en équivalent temps plein (ETP) […] Elles génèrent 31 % du chiffre d’affaires et 28 % de la valeur ajoutée de l’ensemble des secteurs.

Au sein de l’industrie, les PME/ETI représentent 15% des entreprises et 60% des salariés (ETP).

Source & détails : INSEE

L’industrie française est bien vivante

Nos interventions nous permettent d’appréhender un tissu d’entreprises de très haut niveau, en compétences et en qualité, dont certaines positionnées sur des marchés de niches, par l’activité ou par leur clientèle. Nous découvrons des savoir-faire industriels et micro-industriels parfois méconnus, de l’innovation, du succès… les «hidden champions », ils existent, on en a rencontré !

L’industrie du futur : vers la modernité

La maturité numérique des industries est encore très variable d’une structure à une autre et si certaines ont déjà amorcé le virage, d’autres sont encore un peu loin du « futur ». Mais c’est la tendance de l’époque qui donne le ton et le ton est au digital.

D’ailleurs les fournisseurs de techno ne s’y trompent pas, eux qui abandonnent progressivement les ergonomies austères… les angles s’arrondissent, le secteur pop des Pantone® s’explore.

« Si tu t’endors, t’es mort » : nos industriels le savent et révèlent une véritable volonté de se transformer pour rester à la pointe. Car lorsque la concurrence se modernise et adopte des outils qui améliorent la productivité, lorsque le secteur devient plus exigeant, il n’est pas rare de de toucher aux limites des outils « maison » (même si Excel a encore de beaux jours devant lui, pas de doute)

Le temps d’adoption des nouveaux outils s’est raccourci, la transformation effraie moins, et le mouvement s’accélère.

L’industrie des générations futures

À l’heure où le secteur industriel souffre encore d’une image « old school », et a du mal à faire rêver les jeunes et à recruter, le digital participe aux enjeux de transmission. Car en prod, si les machines sont déjà là, l’humain a gardé sa place autour et les outils numériques viennent remettre l’industrie dans son époque.

Qu’on se le dise, Germinal, c’est fini ! Et les responsables de prod. de demain seront des millennials.

« On n’est pas là pour faire du slide ! »

Dans une ETI/PME, les dirigeants sont plus accessibles, les échanges sont très orientés « terrain ».

La plupart du temps, nos interlocuteurs ne nous ont pas attendus pour se poser des questions et initier leur réflexion autour de leur évolution. Nous les aidons à structurer, organiser et formaliser ces réflexions. Et à transformer leurs idées en plan d’actions concret. Notre apport relève souvent de la méthode, de l’organisation, de la rigueur, et notre accompagnement reste toujours pratique et applicable.

Les théories nébuleuses trop éloignées du terrain n’ont pas leur place, les décisions vont vite et elles ont souvent un impact direct.

Industrie du futur : quelles aides ?

De nombreux aides existent pour permettre aux entreprises industrielles d’accélérer leur transition.

Décliné dans chaque région, le dispositif « Industrie du Futur » a par exemple pour objectif d’aider 10 000 TPE/PME/ETI industrielles sur toute la France, en finançant tout ou partie des interventions.

Dans ces contextes, notre valeur ajoutée nous apparait plus clairement, les objectifs sont opérationnels, le temps est précieux, l’efficacité est nécessaire. Au cœur des enjeux, on ne peut pas se disperser, ni se tromper !

À chaque fois, notre curiosité intellectuelle se nourrit de la découverte de nouvelles activités, de structures dont nous prenons plaisir à parler ensuite, que ce soit au boulot ou lors d’apéros. Et tout cela nous donne confiance dans le tissu industriel français : il y a un ferment, des idées, de l’innovation, de l’avenir, qui nourrit ce terreau.

Et alors que l’on parle numérisation et digitalisation, c’est très très humain.

En bref, chez Hardis, on adore ces missions.

Alors on va continuer !

Vous souhaitez plus d’information ? Contactez-nous :



* Ces champs sont obligatoires.

SUR LE MÊME THÈME

Digitalisation-service-hardis-group-ssii-esn-grenoble-lyon-lille-bordeaux-nantes-paris

Il faut passer de la QoS (Quality Of Service) à la mesure de la QoE (Quality Of Experience)

Il faut passer de la QoS (Quality Of Service) à la mesure de la QoE (Quality Of Experience)

Pour une transformation accélérée : la philosophie de l’Intelligence Collective

Pour une transformation accélérée : la philosophie de l’Intelligence Collective

transformation-hardis-group-ssii-esn-grenoble-lyon-nantes-bordeaux-lille-paris

Anticiper les impacts organisationnels et culturels d’une Transformation Digitale

Anticiper les impacts organisationnels et culturels d’une Transformation Digitale

LAISSER UN COMMENTAIRE