banniere de fond article

Chaque entreprise, au moment de construire sa stratégie informatique, se pose les mêmes questions :

  • Faut-il rester sur une infrastructure dédiée ?
  • Est-il intéressant de migrer vers le Cloud Public ?
  • Comment choisir la bonne solution ?
  • Comment éviter les pièges de chaque solution ?

Afin de pouvoir répondre à ces questions il est important de bien comprendre les différences entre chaque type de cloud ainsi que leurs forces et leurs faiblesses.

Les avantages et limites du Cloud Privé

Le cloud privé, comme son nom l’indique, est une infrastructure de cloud computing dédiée à une seule entreprise ou organisation. Il est hébergé dans des datacenters de l’entreprise ou chez un fournisseur de cloud privé. Les principaux avantages du cloud privé sont :

  • Le contrôle et la sécurité : avec le cloud privé le contrôle sur l’infrastructure est total. Les politiques de sécurités mise en place peuvent être adaptées aux besoins spécifiques de l’entreprise. L’utilisation de ressources dédiées réduit aussi les risques (fuite de données, accès non autorisé, …)
  • La flexibilité : L’infrastructure peut être personnalisée afin de répondre au mieux aux spécificités et optimiser les performances des applications métier
  • La confidentialité des données et les conformités réglementaires : l’utilisation d’un cloud privé, notamment dans les secteurs très réglementés (finance, santé, services gouvernementaux, …), permet un plus grand contrôle sur les données afin de répondre aux normes et réglementations.

Toutefois, les coûts de mise en place et de maintenance d’un cloud privé peuvent être élevés ce qui peut le rendre moins accessible pour les petites et moyennes entreprises. En effet ces infrastructures nécessitent un investissement de départ important et une expertise technique de la part des équipes pour maintenir et administrer ces environnements.

De plus l’évolutivité limitée de ce type d’infrastructure nécessite une vision claire sur le capacity planning afin d’anticiper les évolutions nécessaires et ne permet pas de bénéficier des économies d’échelles possibles avec la mutualisation ou la mise à l’échelle des infrastructures.

Enfin, les services disponibles sur un cloud privé sont plus limités que ceux proposés par les fournisseurs de cloud public et peuvent nécessiter un temps de déploiement plus long.

Avantages et limites du Cloud Public

Le cloud public, quant à lui, est un modèle de cloud computing qui fournit des ressources informatiques (serveurs, espaces de stockage, applications, micro-services, …) dans un environnement partagé avec d’autres utilisateurs et organisations. Les ressources sont gérées par un fournisseur de services cloud et accessibles directement depuis Internet.

Les principaux avantages du cloud public sont :

  • Évolutivité et flexibilité : le cloud public permet aux entreprises de faire évoluer rapidement leurs infrastructures pour s’adapter à leurs besoins et répondre aux variations de charge de travail.
  • Gestion des coûts : le paiement à l’usage permet aux entreprises de ne payer que les ressources consommées. Les coûts d’initialisation et de maintenance sont réduits au minimum.
  • Facilité de déploiement et services : Sur le cloud public les ressources sont déployées à la demande et quasiment instantanément. Il n’est pas nécessaire de se préoccuper du capacity planning. De plus de nombreux services sont disponibles qui permettent de répondre aux besoins des entreprises et leur permettent de se focaliser sur leur cœur de métier.
  • Performance et disponibilité : les infrastructures des fournisseurs cloud public fournissent des niveaux de disponibilité et de redondance élevés. De plus elles permettent de fournir toute la puissance nécessaire aux entreprises et cela partout dans le monde.

Néanmoins il est nécessaire de rester vigilant sur certains aspects du cloud public afin d’optimiser son utilisation.

La gestion des coûts doit être suivie afin de d’éviter les consommations inutiles et mettre en place les optimisations (FinOps) d’utilisation qui permettent de maîtriser la facturation.

La nature distribuée et mutualisée des infrastructures cloud public nécessite une attention particulière sur la gestion des données stockées. En effet les différentes réglementations telles que le RGPD imposent des exigences sur leur localisation et la gestion de leur sécurité.

Enfin la personnalisation des ressources dans le cloud public est limitée il est donc nécessaire de s’assurer qu’elles répondent aux besoins de l’entreprise.

Le Cloud Hybride : le meilleur des deux mondes ?

Le cloud hybride, quant à lui, intègre ces deux modèles en utilisant une combinaison de services de cloud privé et de cloud public. Il tend à tirer parti du meilleur des deux mondes en apportant :

  • Sécurité : en gardant les données les plus sensibles sur le cloud privé moins exposé et en utilisant les services de sécurité proposés par le cloud public qui permettent de sécuriser les environnements cloud privé et public en bénéficiant de la puissance des fournisseurs.
  • Optimisation des infrastructures et des coûts : en utilisant le cloud hybride les entreprises peuvent optimiser les coûts en utilisant le service le plus adapté. Par exemple les charges de travail temporaires ou avec une utilisation non linéaire sur le cloud public et les environnements sensibles sur le cloud privé.
  • Évolutivité et élasticité : le cloud hybride permet de faire face aux pics de charge en déportant une partie de l’activité sur le cloud public afin d’éviter des investissements. Le provisionnement rapide des environnements cloud public permettent de répondre aux enjeux de time to market.
  • Résilience : l’utilisation de plusieurs infrastructures permet, en cas de sinistre, de ne pas perdre l’intégralité de son système d’information et de basculer les charges de travail afin de réduire les temps d’arrêt et les impacts sur les activités.

Pour conclure

Cependant la mise en place d’un environnement cloud hybride apporte une complexité supplémentaire dans certains domaines.

La gestion de ce type d’environnement avec de multiples infrastructures et services nécessite une expertise technique et une coordination des différents acteurs.

De plus la gestion de la sécurité est complexifiée avec la nécessité de mettre en place une stratégie de sécurité globale et cohérente pour protéger les environnements interconnectés.

Des coûts supplémentaires, lié à l’interconnexion des environnements ou transfert des données entre eux par exemple, sont aussi à prévoir.

Pour résumer chaque solution possède ses avantages et ses inconvénients. Il n’y a pas une solution unique mais une solution spécifique à construire pour chaque organisation.

Chaque entreprise en fonction de ses contraintes métier, de ses exigences en matière de sécurité ou de conformité, de ses besoins en termes d’évolutivité, de flexibilité et de scalabilité doit construire sa propre solution.

Chez Hardis-Group nous sommes adeptes du Cloud raisonné. Ce concept reflète une approche pratique et adaptée aux besoins individuels de chacun de nos clients. En s’appuyant sur les compétences de nos équipes et en prenant en compte les avantages et les contraintes de chaque modèle cloud. L’objectif est de fournir une solution sur mesure qui garantit à nos clients une performance optimale, une sécurité renforcée, une efficacité opérationnelle, tout en optimisant les coûts et les ressources, en proposant une gouvernance unifiée afin que nos clients se concentrent sur leur cœur de métier.

Photo Simon Frugière

Simon Frugière

Manager Practice Cloud Public

SUR LE MÊME THÈME

banniere de fond article

Gouvernance des données : Késako et pourquoi est-ce important ?

Gouvernance des données : Késako et pourquoi est-ce important ?

banniere de fond article

La gouvernance des données est-elle un luxe réservé aux grands groupes ?

La gouvernance des données est-elle un luxe réservé aux grands groupes ?

banniere de fond article

Le Cloud computing – Quelques définitions

Le Cloud computing - Quelques définitions